Les 10 étapes pour créer sa marque de vêtements

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, c’est que la création de votre propre marque de vêtements vous intéresse. Vous avez peut-être déjà pas mal réfléchi à ce que vous souhaitiez faire, mais les étapes pour y arriver vous paraissent infranchissables !

Ou pire, vous n’avez aucune idée de ce qu’il convient de faire pour mener à bien votre projet de création d’entreprise textile.

Je vous explique en 10 étapes comment procéder.

1. Se poser les bonnes questions avant de se lancer :

Vouloir se lancer dans la création d’une entreprise textile n’est pas quelque chose d’anodin. C’est un projet qui fait rêver de nombreuses personnes, mais les marques qui survivent ne sont pas légion. Le marché est hyper saturé, et c’est peu dire que la concurrence est rude !

Alors quelles sont vos motivations à vouloir monter votre propre business ? Pourquoi vous infliger ça ?! Êtes-vous prêt à sacrifier vos week-ends, une partie de vos nuits aussi ? Car si le lancement d’une marque n’est pas quelque chose de compliqué en soi, c’est la faire perdurer qui l’est.

Avez-vous un apport suffisant ? Il y a différentes manières de financer son projet de ligne de vêtements, mais il vous faudra toujours un peu d’argent de côté pour déposer votre marque et lancer les premières commandes. Un minimum de 1000€ est obligatoire pour partir sur des bases correctes. Si vous n’avez pas cette somme (minimale, je le rappelle), alors ça risque d’être compliqué de mener à bien votre projet…

Avez-vous un projet original ? Pourquoi souhaitez-vous ouvrir votre propre business ? Pour faire comme vos concurrents ? Ou bien avez-vous l’idée du siècle ? Comme dit plus haut, le monde du textile est saturé. Vouloir faire la même chose que votre voisin vous mènera à la ruine, assurément. Il vous faut donc un concept original, une manière de faire qui change de nos concurrents. Soit vous faites mieux, soit vous faites moins cher, soit vous faites différent. Mais ne copiez pas, les consommateurs achèteront toujours chez l’original.

2. Savoir s’entourer :

Vouloir entreprendre à plusieurs est une bonne idée sur le papier !L’aventure entrepreneuriale est quelque chose d’intense. Mais c’est aussi un formidable voyage d’aventures ! Souhaitez-vous faire ce voyage seul ? Ou accompagné ? Les deux façons présentent des avantages et des inconvénients.

Travailler seul vous oblige à tout savoir-faire. À moins d’avoir un gros apport d’argent, vous ne pourrez pas forcément embaucher de monde sur des postes que vous ne maitrisez pas totalement. De plus, vous ne pourrez pas avoir d’avis extérieur intéressé. Demander l’avis de vos amis et de votre famille n’est pas toujours la meilleure idée. Vos parents peuvent trouver tout ce que vous faites formidable, ou au contraire sans avenir. Avoir un partenaire intéressé par le projet donne un autre regard à vos idées et actions. Avoir quelque un avec qui « brainstormer » permet d’avancer plus vite et – à mon avis – mieux.

À l’inverse, travailler à plusieurs apporte son lot de problèmes que vous n’auriez jamais eu seul ! Les disputes ayant pour sujets la gestion ou le design de telle ou telle pièce de la collection, cela n’arrive jamais quand on est seul… Ou alors il faut se faire soigner !

D’une manière générale, travailler avec des associés est toujours quelque chose de positif. D’un point de vue stratégique, plusieurs acteurs réunis dans un seul but abattront plus de travail qu’une seule personne. Chacun des associés ayant son expertise dans un domaine, le travail est en principe mieux fait que si une seule personne gère tous les postes.

De plus, plusieurs associés signifient aussi plus de capital de départ. Chacun venant avec un investissement de départ destiné à l’entreprise.

3. Différenciez-vous de la concurrence :

Si je vous demande de me citer une dizaine de marques de vêtements, il est probable que vous arriviez à faire la différence entre toutes celles que vous allez me donner. Les entreprises textiles qui réussissent à s’imposer répondent à un besoin précis du marché. Soit au niveau du prix, soit au niveau du style, soit au niveau du storytelling.

Aussi, il vous faut trouver un axe pour pénétrer le marcher. Qu’est-ce qui fera que votre marque sera différente des autres ? Pourquoi irais-je acheter chez vous, plutôt que chez n’importe quelle autre marque de vêtements ? Cet aspect est primordial pour que le consommateur vous distingue et vous écoute. Et c’est également important pour les relations de presse.

J’ai écrit un article à ce sujet, pour vous aider à trouver votre différenciation.

Dans mon cas personnel, j’ai créé une marque de vêtements bébés et enfants spécialisée dans la salopette. Et la particularité est que je suis un homme qui a découvert la couture quand je suis devenu papa. Cette particularité interpelle, car ça n’est pas courant. Et les quelques parutions presses et TV que j’ai eu la chance d’avoir découlent de cette originalité.

4. Identifiez vos concurrents :

C’est la base de toutes créations d’entreprises. Le consommateur n’a qu’un budget limité destiné à l’achat de vêtements. Et le meilleur commerçant l’emporte. Ainsi, pour tirer au mieux votre épingle du jeu, il est capital que vous ayez clairement identifié vos concurrents. Qui fabrique des produits similaires aux vôtres ?

Si vous réfléchissez à votre projet depuis un certain temps, je pense que vous avez déjà identifié un certain nombre de concurrents potentiels. Le but du jeu pour vous est d’observer ce qu’ils peuvent faire, et comprendre comment faire mieux. En aucun cas il ne s’agit de copier leur stratégie. Vous n’en avez sans doute ni les moyens ni les ressources.

Mais sans pour autant les copier, il est important d’observer comment vos concurrents procèdent. Comment communiquent-ils, avec quel vocabulaire ? Quelles sont leurs cibles, quels sont leurs arguments. Voyez les supports de communication qu’ils fréquentent : sont-ils sur les réseaux sociaux, et si oui lesquels ?

À partir des informations que vous  allez recueillir, vous pourrez y voir plus clair sur ce qui vous attend. Vous ne naviguez plus à l’aveugle, vous savez maintenant à qui vous avez à faire. Vous pouvez commencer à élaborer des stratégies pour faire mieux que vos concurrents. Mieux signifiant : moins cher, ou plus beau, ou de meilleure qualité. À vous de jouer !

5. L’étude de marché pour valider votre projet d’entreprise :

Quand on projette de monter sa boite, il est évident qu’on pense qu’on va tout défoncer ! Le monde n’attend que nous !… Mais la vérité est ailleurs ! Malheureusement, beaucoup d’entrepreneurs se plantent d’avoir trop confiance en eux, et de ne jamais vérifier qu’ils ont raison.

Vous pouvez avoir inventé le meilleur jean’s du monde, mais s’il n’y a personne pour l’acheter vous courrez à la faillite. C’est pour cette raison qu’il vous faut absolument tester votre idée au plus vite, auprès de personnes susceptibles d’être intéressées par ce que vous allez proposer.

À une certaine époque pour faire des études de marché, il fallait partir à la rencontre des clients de manière physique, ou décrocher son téléphone au petit bonheur la chance. Mais en 2018, vous disposez d’une arme redoutable : les réseaux sociaux. Avec un investissement minime, vous pouvez questionner vos prospects sur tous les aspects de votre projet grâce à un sondage. Vous pouvez aussi collecter leur contact pour les relancer ultérieurement, une fois que votre projet aura vu le jour.

Certains services publics comme l’Insee délivrent des statistiques intéressantes qu’il convient d’analyser. L’importance de votre marché, les sommes dépensées par les clients dans cette branche du secteur, etc. Toutes les infos sont bonnes à prendre pour avoir une vision claire et précise de ce qui vous attend.

6. Trouvez votre identité :

Les marques de mode se différencient les unes les autres grâce à leur positionnement sur le marché – nous l’avons vu en 3 – mais également par leurs visuels. Logo, charte graphique, police d’écriture utilisée, style de photos ou de vidéos. Si vos clients arrivent à vous distinguer sur une photo ou à reconnaitre votre logo, c’est que vous tenez le bon bout !

Le choix des couleurs, les mots que vous allez utiliser pour décrire votre projet… tout ce que vous mettez en oeuvre doit être en symbiose avec l’image que vous souhaitez donner. Si quelque chose cloche et casse cette cohérence, alors votre communication sera inaudible pour vos clients.

Donc, appliquez-vous à choisir au mieux les éléments qui feront l’identité de votre marque.

J’ai écrit un article complet ici pour vous aider à trouver un nom de marque original et cohérent avec votre business.

7. Argent !

C’est le nerf de la guerre ! Dans une industrie comme celle du textile, l’argent est (malheureusement) la base de tout. Un investissement de départ est nécessaire pour lancer sa marque de mode, ne serait-ce que pour enregistrer son entreprise, protéger sa marque et lancer sa première collection.

Il existe plusieurs façons de financer son projet, et la plupart du temps c’est un mélange de ces procédés qui vous permettra de récolter la somme nécessaire :

  • Vos propres économies, et celles de vos associés.
  • La love money, c’est-à-dire l’argent donné/prêté par votre famille ou vos amis.
  • Votre banque.
  • Vos éventuels investisseurs.
  • Les aides gouvernementales ou locales.
  • Le crowdfunding. J’ai d’ailleurs écrit un article complet à ce sujet, car c’est de cette manière que j’ai financé Le Papa de Jojo.

Mon conseil en matière d’argent, est de ne pas s’endetter et de faire avec les moyens dont vous disposez. Vous démarrerez votre activité sans doute moins rapidement, mais vous n’aurez pas au-dessus de la tête l’épée de Damocles de la banque.

8. Trouver la bonne structure juridique pour sa société :

La France est réputée pour être l’un des pays les plus simples pour ce qui est de la création d’entreprise. Et c’est vrai que ce n’est pas trop complexe de démarrer une activité. C’est la suite qui l’est beaucoup plus !

Pour être dans les clous avec la législation française, il vous faut absolument « monter votre boite ». Vous pourriez être tenté de commencer des démarches sans vous appuyer à une entreprise, mais vous seriez vite stoppé, car tous les professionnels vous demandent des extraits de K-bis ou un numéro de siret. Il est donc primordial de le faire.

Le choix de la structure juridique se fait en fonction de votre projet. Allez-vous entreprendre seul, ou à plusieurs ? Comptez-vous faire entrer des investisseurs dans la société ? Autoentrepreneur, EURL, SARL, SASU, SAS… Derrière chaque dénomination se cache une myriade de spécificités, et chaque type d’entreprise possède des avantages… et des inconvénients !

Le prochain article de ce blog portera sur les différences qu’il y a entre tous ces types de structures. Pour être certain de ne pas le rater, abonnez-vous à la newsletter en urgence !

9. Designer et faire fabriquer votre première collection :

Créer une collection originale et qui plaise est primordiale pour réussir. Sachez vous entourer !Maintenant que vous avez l’idée, le nom, la structure et l’argent, il est temps de réfléchir à ce que vous allez fabriquer ! Une marque de vêtements qui ne propose rien à ses clients, ce n’est pas tellement viable !

Pour travailler sur votre ligne de vêtements, vous n’avez pas 36 solutions. Vous en avez 2 ! Soit vous dessinez vous-même, car vous avez les compétences de créateur de mode. Soit vous embauchez quelqu’un de freelance qui le fera pour vous, selon vos directives. Évidemment, le budget n’est pas tout à fait le même.

Ensuite vient l’étape du prototypage de votre collection. Cet épisode précède la gradation, et c’est le dernier moment pour procéder à des changements et des ajustements dans les modèles. Une fois les prototypes validés par vous, la gradation est faite (c’est-à-dire la déclinaison en différentes tailles), puis les patrons sont édités.

Vient le stade de la fabrication. Après avoir trouvé un atelier et s’être mis d’accord avec lui pour les modalités, ce dernier lance la production dans la quantité définie.

Si vous décidez de faire fabriquer à l’étranger, n’oubliez pas de prendre en compte les délais de livraison, et les taux de change qui peuvent être de mauvaises surprises s’ils ne sont pas pris en compte !

Il est important de contrôler régulièrement le travail de l’atelier. Il faut faire des points avec ce dernier pour être certain que la production avance normalement, et que les pièces fabriquées sont conformes au cahier des charges que vous avez défini.

10. Vendre sa production :

Avoir une marque de vêtements, c’est avant tout être commerçant. Si vous ne parvenez pas à refourguer vos créations, il y a de grands risques que vous pointiez prochainement à Pôle Emploi.

Il est important de ne pas négliger cet aspect du business. La vente de votre collection est capitale pour la survie de votre entreprise. Ainsi, il vous faut au plus tôt repérer les différents lieux susceptibles de commercialiser vos produits.

Différents choix s’offrent à vous, et cohabitent sans aucun souci :

  • Votre propre boutique.
  • Les boutiques physiques multimarques.
  • Votre boutique en ligne.
  • Les markets places type Amazon, Etsy, eBay, FacebookMarketPlace.
  • Les ventes de créateurs, marchés de Noël, Popups Stores éphémères.

Dès le début de votre aventure, créez une présence sur les différents réseaux sociaux, tenez un carnet de bord vidéo ou blog. Intéressez votre audience ! Plus les gens parleront de votre projet, plus ils seront attentifs à vos avancées, plus vous aurez de chance de les convertir en clients.


Monter sa marque de vêtements n’est pas chose facile. Cela demande du temps, de l’argent, et une implication sans faille. C’est un projet qui doit être muri et il faut bien comprendre que le succès n’arrive pas en quelques jours. C’est un travail de longue haleine qui vous attend si vous souhaitez mener à bien cette entreprise.

About the Author

J'ai découvert les joies du blogging et de la couture lorsque je suis devenu papa ! J'ai mélangé tout ça pour en faire mon activité professionnelle ! J'ai lancé ma marque de vêtements enfants ainsi que divers blogs autour des loisirs créatifs et de la paternité !

Leave a Reply 4 comments

mody cisse - 13 novembre 2018 Reply

bonjour je me permet de vous contacter car j ai le projet de cree ma marque ici en australie et jaimerais en discuter plus avec vous merci

    Julien CAMPAN - 13 novembre 2018 Reply

    Bonjour ! Vous pouvez m’envoyer un mail à l’adresse contact@papadejojo.fr avec l’entête « Coaching Marque » ? À très bientôt,

    Julien

    Zw - 4 décembre 2018 Reply

    Hello Mody Cisse, j’ai créé ma marque de vêtement il y a 3 ans et aujourd’hui je souhaite la vendre. Si tu veux tu peux m’envoyer un mail pour qu’on discute 🙂 Karen, pilypet@gmail.com

RomualdNdoubahidi Mokian - 29 novembre 2018 Reply

J ai hate de commencer le projet.

Leave a Reply: